A côté du gros matériel il y a les petites choses qui peuvent s'accumuler et qui au final font une jolie note.

A mon sens le plus important, les ciseaux qui ne doivent servir qu'au tissu. Inutile d'en avoir des tonnes, un grand pour couper les pièces, un plus petit pour couper les petits fils, éventuellement un cranteur et c'est tout. Personnellement, mes grands ciseaux viennent d'un bazar et le petit sont des ciseaux maped achetés en promotion que j'ai "emprunté" à ma fille et avec lequel je coupe les petits fils et mes patrons. Pour les aiguiser je frotte les lames avec une aiguille et s'il est difficile de les ouvrir une goutte d'huile de machine à coudre au niveau de la vis peut les dégripper.

Source: Ecolaines

Les cutters rotatifs et les tapis à découper ont peu à peu fait leur apparition sur le net. L'avantage présenté est leur découpe franche. Certaines ont baissé le prix du leur en l'achetant dans le rayon bricolage. Pour ma part je ne vois l'intérêt de ce matériel que si on fait du patchwork sinon il faut investir dans un grand tapis lorsque l'on fait des vêtements.

Epingles Prima

Les épingles peuvent se trouver partout. Si vous travaillez des épaisseurs pas le choix il faut en acheter de qualité sinon elles vont se tordre dès la 1ère utilisation. Avec ou sans boule au bout c'est selon les préférences de chacunes. Certes, il y a de très jolies épingles commes celles-ci, mais sont-elles nécessaires?  Est-ce que ça vaut le coup de payer plus cher juste pour que le maintien d'une couture soit plus joli?  Coudre moins cher c'est aussi acheter utile et intelligent.

Les aiguilles qu'elles soient à main ou pour la machine ne laissent que peu de possibilités pour faire des économies. Les moins chères se tordent, se cassent facilement ou coupent le fil, donc même si elles coûtent moins chères à l'achat au final c'est de l'argent de perdu. Si vous trouvez une marque qui vous convient le mieux est de comparer les prix entre merceries et Internet. Idem pour les canettes, celles vendues dans les bazars ne conviennent pas à toutes les machines. De plus, si vous faites des smocks, préférer les canettes en métal qui suppporteront mieux la tension exercée par l'élastique.

Pour recopier les patrons il  existe plusieurs manières de procéder:

- Par transparence en utilisant du papier calque que vous pouvez trouver dans les magasins de bureautiques, du papier de fleuriste ou du couvre-livres, ou du papier à patron. Le mieux est de profiter des promotions de la rentrée, des magasins type bazar ou regarder régulièrement sur le net.

- Avec du papier carbone, là encore vous en trouverez dans les magasins de bureautiques.

- Je pose mon carré de linoléum récupéré en demandant gentiment au magasin de décoration en bas de ma rue un de leurs classeurs de présentation obsolètes. De la nappe en papier 1er prix (8 mètres pour 1€50), mon patron et je passe ma roulette à patron achetée 3€ il y a 2 ans.

Les crayons ou craie tailleur, il y en a à tout les prix et on trouve les basiques en grande surface. Il existe les crayons classiques, les criteriums rechargeables, les feutres qui s'effacent au fer, les craies tailleurs, certaines utilisent un morceau de savon. Le choix est en fonction des préférences de chacunes personnellement un crayon rouge et un blanc me suffisent. 

Lorsque l'on fait ses propres patrons qu'ils soient petits ou grands il faut une règle, une équerre, et éventuellement compas et raporteur. Pas besoin que ce soit de la grande qualité puisque vous ne les utilisez pas de manière intensive et qu'on a quasiment tout ça dans nos tiroirs de bureau. Il existe aussi les règles de patchwork qui coûte 5 à 25€. Si vous en avez besoin investissez mais pour la "couture classique" c'est inutile.

Idem pour les perroquets ou pistolets de couture, à moins de faire vos propres patrons pour les vêtements ces accessoires sont inutiles.

 

Le prochain billet sera sur la mercerie. Toutes vos remarques et suggestions seront utiles pour compléter ces idées.